Famille à vélo

01 déc, 2009

Journal de Chambly

Ecrit par: Famille dans: Non classé

Traverser le Canada à vélo avec neuf enfants

Julie Quévillon Mantha

Le Journal de Chambly - 29 septembre 2009

Sports > Actualité sportive
Traverser le Canada à vélo, c’est possible. Mais lorsqu’on décide de le faire en famille, avec neuf enfants de 4 ans à 20 ans, le défi est de taille. La famille Dury – Leclerc de Sainte-Angèle-de-Monnoir n’a pourtant pas hésité à relever ce défi. À la fin mai, chacun des membres de la famille a enfourché son vélo et a pris la route.
C’est Louis-Phillippe, âgé de 16 ans, qui en a lancé l’idée. «Il a commencé par nous dire que l’été prochain, il souhaitait traverser le Canada en vélo. Je lui ai dit qu’on en reparlerait plus tard. Puis son frère Guillaume, qui terminait son baccalauréat en biologie, a proposé d’aller avec lui pour fêter son diplôme. Puis le troisième a aussi manifesté son intérêt. Après c’est moi qui ai demandé aux enfants si je pouvais venir avec eux. Les petits ont entendu parler du projet et ils ont voulu venir aussi. On a donc décidé d’y aller en famille. Au début, papa devait travailler, mais il est venu nous rejoindre pour une partie du parcours», raconte la maman, Michèle.
Le voyage s’est déroulé en deux étapes. La première a permis de visiter l’Est canadien et la seconde l’Ouest canadien. Après avoir visité les Îles de la Madeleine et le Nouveau-Brunswick, ils ont pris l’avion en direction de Vancouver. S’assurer que tous les vélos soient dans l’avion ou le train et ne soient pas endommagés a occupé les enfants les plus âgés.
Une fois à Vancouver, le périple a débuté. Ils ont navigué dans les canaux de la Colombie-Britannique puis repris la route vers Calgary où le papa Pierre est venu les rejoindre. Une fois dans les rocheuses, la famille a rencontré une autre famille qui pédalait et roulait depuis le Mexique. Sans stress, ils sont retournés en Colombie-Britannique pour essayer une autre piste. «C’était une piste pour vélos de montagne et nous étions équipés de vélos de ville. Les plus vieux sont allés rouler, mais ils sont revenus après trois kilomètres parce que c’était trop difficile et que certains ponts étaient coupés», raconte Michèle.
Le plus jeune, Marc-Antoine était dans une remorque traînée par l’un des plus vieux. Charles avait un demi-vélo, attaché à l’un de ses frères ou de sa mère. Chaque membre de la famille avait sur son vélo des sacoches avec l’équipement de camping, des vêtements, des outils et un repas d’urgence.
Ils arrêtaient dormir chez des familles qui accueillent les voyageurs ou demandaient la permission d’utiliser les terrains de certains propriétaires lorsqu’ils n’avaient pas pu respecter leur itinéraire. Ils se procuraient la nourriture dans chaque ville où village où ils faisaient escale.
Un voyage en famille à vélo où l’on parcourt des milliers de kilomètres comporte aussi son lot de difficultés. «La pire journée a été lorsque nous avons eu huit crevaisons! La piste n’était vraiment pas belle et ça nous a retardé beaucoup.»
Tous gardent surtout le souvenir des bons moments, dont celui où Louis-Philippe et Marc-Antoine ont obtenu un record en maintenant une vitesse de 70 km/h. «Un dimanche matin, sur la Route verte, en pédalant, on avait les pieds au soleil, des nuages autour du corps et la tête au soleil. La bruine a rendu le paysage féérique», retient Michèle.
Ce voyage leur a permis de faire plusieurs rencontres dont des Allemands et des Français. Ils ont aussi été en contact avec la nature et ont pu voir des ours, des wapitis, des chevreuils, des chèvres des montagnes et d’autres espèces méconnues. «C’est vraiment l’école de la vie. Mes enfants ont appris à s’entraider et à se débrouiller. Ma fille Danielle qui a 10 ans, est capable de monter sa tente et de s’installer pour dormir. L’autonomie et l’entraide était au cœur du voyage», conclut Michèle.
Pour connaître toutes les aventures de la famille et voir plus de photos, visiter leur site web et leur blogue à l’adresse http://familleavelo.uuuq.com

29 août, 2009

30 aout - Résumé

Ecrit par: Famille dans: Non classé

Canada-Les-Rocheuses06887.jpg

29 août, 2009

29 aout: Le Grand Rallyement 2009

Ecrit par: Famille dans: Non classé

Nous resortons les vélos qui n’avaient pas réellement été rangés. Nous nous en servons pour faire les courses, aller chez les amis… Mais aujourd’hui, nous allons au grand Rallyement de la Route des Champs. Un petit 50 kilomètres est au programme.

http://www.routedeschamps.com/   Le Grand Rallyement 2009-

La piste cyclable La Route des Champs invite petits et grands à participer au « Grand Rallyement 2009 ». Cette activité plein-air permettra à tous de découvrir ou de redécouvrir la région à travers son réseau cyclable. Coût d’inscription : 10$ par équipe de deux participants. Date : le samedi 29 août (remis au dimanche 30 août en cas de pluie). Premiers départs dès 10h00 Lieu : À partir de la halte de St-Césaire au 1430, rue Notre-Dame. Des prix de participation et de présence seront donnés lors des activités de fin de journée. La population est également invitée au Grand Rallyement de fin de journée à la halte de St-Césaire : rafraîchissements, maïs, hot-dog et animations pour le plaisir de tous.

29 août, 2009

27 aout - Maison

Ecrit par: Famille dans: Non classé

LA VOIX DE L’EST

Publié le 27 août 2009 à 07h55 | Mis à jour à 07h56

Découvrir le Canada en famille

Découvrir le Canada en famille

Agrandir

La famille Dury (de gauche à droite): Danièle, 11 ans, les jumelles Marie-Michèle et Marie-Pierre, 13 ans, Louis-Phillipe, 17 ans, Jean-Cristoph, 19 ans, Raphaël, 14 ans, Guillaume, 21 ans, et leurs parents, Michèle et Pierre. En avant, Charles, 9 ans, et le petit Marc-Antoine, 4 ans.

photo Stéphane Champagne

Marie-Ève Lambert
La Voix de l’Est

(Sainte-Angèle-de-Monnoir) «J’entends plein de gens dire «Je ne peux pas faire ça, j’ai un enfant, je ne peux pas, j’ai deux enfants». C’est pas vrai, on peut tout faire, même avec des enfants, il faut juste prendre les moyens en conséquence.»

Ces paroles, ce sont celles de Michèle Leclerc. Et elle sait de quoi elle parle: elle et son conjoint, Pierre Dury, ont parcouru le Canada a vélo avec leurs… neuf enfants, âgés entre 4 et 21 ans!

Bon, d’accord, le plus jeune n’a pas vraiment pédalé, ce qui donne encore plus de mérite à son grand frère, Louis-Philippe, 17 ans, qui l’a tiré pendant tout le trajet dans sa petite «maison».

Mais n’empêche. Partis pour leur périple de deux mois le 19 mai dernier, ils en sont revenus il y a à peine deux semaines, le 16 août pour être plus précis. «On aurait continué, mais des amis de France venaient nous rendre visite», mentionne la dame.

Ils ont néanmoins roulé sur une cinquantaine de kilomètres par jour, en moyenne, pour un total d’un peu plus de 2000 kilomètres. «C’est sûr que les premiers jours, tu as mal aux fesses un peu, mais ça se tasse», admet le plus vieux, Guillaume.

«Dans mon cas, ça a plutôt duré une bonne semaine», renchérit son père, qui a dû se limiter à la moitié du voyage, travail oblige.

Partis de Montréal, la petite famille a emprunté la Route verte jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine. Ils sont ensuite descendus à Moncton et ont pris un train pour revenir à Montréal. «Il n’y avait pas vraiment de pistes cyclables au Nouveau-Brunswick. C’est pour ça qu’on l’a fait en train», explique Mme Leclerc.

De Montréal, ils ont pris l’avion jusqu’à Vancouver avant d’enfourcher leur vélo à nouveau. Ils ont fait la Galloping Goose Trail avant de monter plus au nord sur un «ferry» via le Discovery Channel.

Ils sont ensuite allés chercher papa, qui les attendait à Calgary avant de revenir sur leurs pas pour ce qui allait être «la plus belle partie de toutes», s’entendent-ils pour dire.

La plus belle partie

«On a fait le trajet Banff-Jasper avec des amis qu’on avait rencontrés et qui avaient quatre enfants, raconte Michèle. On a ensuite voulu faire la Kettle Valley, alors on a envoyé les gars en éclaireurs, mais au bout de deux kilomètres, ils ont rebroussé chemin.»

«On avait dû enjamber des clôtures, il y avait des roches de 20 centimètres de diamètre et à un moment donné, il n’y avait même plus de pont pour traverser un ravin», relate Guillaume.

Qu’à cela ne tienne; ils ont parcouru la Trail… en la longeant en parallèle, sur une route de gravelle.

Ils ont aussi fait celle de Myra Canyon, qui a grandement impressionné tout le monde. «Il y avait des ponts super hauts et des tunnels qui traversaient les montagnes», s’exclame Danièle, 11 ans.

«On a rencontré un tas de statuettes de pierres en forme de bonhommes. C’est des anciens repères qu’utilisaient les Innus pour ne pas perdre leur chemin dans les lieux où il n’y a pas de végétation», ajoute son frère, Louis-Philippe.

Ils ont également vu de très près les feux de forêts qui faisaient des ravages dans l’Ouest. «On voyait des gros nuages de fumée», de dire Danièle.

«Parfois, on se réveillait et notre tente était couverte de cendres», ajoute sa mère.

Car évidemment, ils dormaient dans des tentes qu’ils installaient sur les terrains des plus accueillants. «Dans 98 % des cas, on nous disait oui du premier coup, indique Michèle. Il y a même une dame qui nous a reçus avec un pouding chômeur au sirop d’érable et qui nous a préparé un déjeuner de roi le lendemain, avec des crêpes, des fruits frais et de la crème anglaise.»

Ils ont pédalé un peu en Saskatchewan et au Manitoba, mais ont préféré se rendre directement à la Waterfront Trail à Niagara. Pressés par le temps, c’est le seul endroit qu’ils ont pu voir en Ontario avant de regagner leur maison, à Sainte-Angèle-de-Monnoir.

Quelques pépins

Mais tout n’a pas été comme sur des roulettes tout le temps. Il y a bien sûr eu des moments plus difficiles. «Moi, c’est surtout les routes de sable que j’ai détestées. On pédalait dans le vide, affirme Marie-Michèle, âgée de 13 ans, appuyée immédiatement par sa jumelle, Marie-Pierre.

«Un moment donné, on a fait huit crevaisons dans la même journée», poursuit Louis-Philippe, qui se vantera un peu plus tard d’avoir battu son record personnel de vitesse en atteignant les 70 km/h sur le trajet Banff-Jasper, au grand désarroi de sa mère.

«Moi, c’est quand je suis tombée dans une côte et que je me suis fait mal à un genou et à une hanche», confie Danièle.

Qu’à cela ne tienne, la famille Dury parle déjà d’un prochain périple. «On aimerait faire la Mongolie à cheval», lance Guillaume, applaudie par Danièle.

Pour plus de détails sur le périple de la famille Dury, visitez leur blogue: http://familleavelo.uuuq.com.

29 août, 2009

20 au 24 aout – Maison.

Ecrit par: Famille dans: Non classé

Les amis français arrivent à la maison. Ils sont partis plus de 6 mois, avec leur 4 enfants : 11 ans, 9, 6 et 2 ans. Ils ont parcouru plus de 3000 kilomètres à travers le Mexique, les Etats-Unis et le Canada. Une petite visite du coin s’impose et le 24, nous les conduisons à l’aéroport. Voici leur site : http://cyclo-6-aventure.over-blog.com/

Bonne lecture.


  • jean pol devresse: bonjour a la grande famille
  • Julie Clément: Bonjour grands voyageurs devant l'éternel! D'où vous vient cette passion des voyages et ces valeurs familiales? Nous sommes une famille avec 5
  • Lacheray: coucou,c'est Marie la ch'ti ! j'ai lu votre blog et je vois que ca n'a pas ete toujours facile ! Nous sommes a Quebec, visitons demain et la troupe

VOYAGE EN VÉLO AUTOUR DU CANADA

De Victoria (BC) à St-John (NF) en vélo et en train

Notre projet : Rêver, Oser, Réaliser

Traverser le Canada à vélo et en train

- Promouvoir la vie en famille et ses valeurs, le pouvoir du travail d'équipe
- Promouvoir un environnement sain
- Promouvoir le leadership, la motivation et la détermination

Nous appuierons une œuvre ou des oeuvres de bienfaisance et ramasserons des fonds pour les enfants. Le choix des œuvres n’est pas encore finalisé! 11 personnes doivent être d’accord!!!

Courriel: familleavelo@hotmail.fr


Commanditaires